Deuxieme escapade : Krabi

C’est avec beaucoup de retard que mes doigts s’agitent sur le clavier pour relater notre derniere aventure hors de Singapour.

A l’occasion de la visite de mes beaux parents nous on en avons profite pour aller nous promener dans l’est de la Thailande.

Si la phrase du dessus n’est pas claire, je tiens a preciser que les beaux parents sont venus avec nous. Ils sont meme rentre sains et saufs alors que quelques semaines apres notre sejour un coup d’etat militaire eclatait a Bangkok.

Destination Krabi

Krabi se situe a environ deux heures de Ko Lanta et de Phuket, deux lieux tristement celebres, l’un par la telerealite du meme nom l’autre par le tsunami qui le ravagea  en 2004. Krabi est joignable en voiture depuis notre condo en traversant la Malaisie mais il faut rouler 1200km a gauche, du coup on apris l’avion qui  assure l’interconnexion en 1h30.

Avant de vous mettre l’eau a la bouche avec les visites de notre sejour, il est important de rappeler qu’en Thailande il ne faut surtout pas mettre l’eau dans la bouche a moins de l’avoir boullie, filtrée ou importée des alpes. La tourista (qui est au touriste ce que le tennis-elbow est au tennisman) y est  presente, je vous evite la description des symptomes, mais les autres noms donnés a cette maladie du voyageur illustrent bien ses effets : gallop grec,  danse azteque, course du touriste ou encore complaintre de l’été.

Autre detail important, la Thailande ne se resume pas au pays de la drogue et de la prostitution comme veut nous le faire croire M6 regulierement. Si  c’etait le cas nous y serions alle sans mes beaux parents nous n’y serions pas alle. Il est vrai toutefois que la Thailande a servi de base arriere pour les GI americains lors de la guerre du vietnam et qu’a cette occasion le pays est devenu le plus grand lupanar du monde.

Au grand dam du guide du routard, Krabi est une destination touristique, le monsieur qui se ballade avec un globe en guise de sac a dos se desole que les voyageurs viennent en masse visiter des iles paradisiaques, que des hotels avec un service impeccable les accueillent et que des excursions bien organisees soient proposees. Le routard est vraiment rousseauiste, tout etait mieux quand c’etait a l’etat sauvage avant que la civilation ne pervertisse tout ca.

Arrive a l’aeroport il y a 4 stands d’agences d’excursions cles en main (cherché et ramené a l’hotel, le repas…), qui proposent toutes exactment les memes  parcours. Le prix depend de l’accent du chaland et la negociation est la bienvenue. Alors oui le touriste est une machine a sous sur pied mais Krabi vit  principalement du tourisme, ce n’est pas une ONG. On booke des visites pour les 2 jours suivants.

Le resort qui nous accueille est tres agreable, on se pose rapidement dans notre bungalow (n’imaginait pas une maison en bambou) avant d’enfiler nos maillots pour rejoindre la piscine a debordement qui donne sur la plage. Et la c’est le pied total, l’avantage du paysage de la mer sans l’incovenient du sable et de l’eau salée. Les cocktails dans les noix de cocos se joignent a nous dans l’eau, ils sont exquis.

Premiere excursion : les iles.

Un speed boat rien que pour nous (les autres passagers ne se sont pas reveillés) file a toute allure pour nous faire decouvrir les iles de la region. Les cheveux dans le vent les casquettes s’envolent, temps superbe, on croise de nombreux bateaux, c’est euphorisant. Alors il faut preciser que je deteste la plage, la fois d’avant ou je m’etais pose sur une chaise longue face a la mer avec Noa, on s’etait dit “c’est beau” et la minute d’apres “on fait quoi maintenant ?”. La plage c’est le  souvenir du sable qu’on se met dans la bouche quand on est au gosse, des debris de coquillages qui vous lacerent la plante des pieds, de cette eau a la couleur douteuse qui a son gre vous repousse sur le rivage ou tente de vous faire deriver loin des cotes. Mais la rien avoir. On arrive sur notre premiere ile, le bateau amarre dans une crique, le sable est fin, la nature est somptueuse, de hauts rochers sur lesquelles de la verdure s’elance nous entourrent.  The beach et l’homme au pistolet d’or ont ete tournes juste a cote. Je debarque du bateau et tel Ulysse attire par les sirenes des forces invisibles m’invitent a plonger dans l’eau ; je ne resiste pas. Des bancs de poissons exotiques viennent batifoler dans nos pieds, le cadre est feerique. Et dire qu’on m’avait fait croire que la plage c’etait Deauville, Juan-les-Pins ou Netanya.

Deuxieme ile, rebelotte, je replonge la tete la premiere mais cette fois avec un masque et un tuba. Les enfants pataugent, Noa decouvre un peu trop tard que le  tuba n’est pas equipe de flotteur.

P1040014

Troisieme etape, une ile qui forme une arene, on entre en bateau pas une ouverture entre 2 roches, a l’interieur c’est d’une grande quietude, le bateau fait le tour a l’interieur le plus silencieusement possible. Encore une fois c’est magique et il est frustrant de manquer de mots pour pouvoir decrire ce que nous  avons ressenti.

P1040079

Quatrieme etape, une autre ile ou nous dejeunames. Repas de juifs en excursion : crackers-paté, salade de riz et bambas.
De retour sur le bateau, un plateau de pasteques et d’ananas nous attend, le speed boat nous depose directment a la plage de l’hotel.

Deuxieme excursion : la terre

Apres l’euphorie du premier jour l’excursion suivante parait decevante ne serait-ce que parce que les autres passagers se sont tous reveilles. Fini le bateau, c’est la route que nous prenons direction Tiger Cave Temple.

P1040104

Grand site religieux boudhiste, pas specialement historique vu qu’il date de 1975, ca ne vaut pas vraiment le detour, mais peut etre que c’est un art qu’on a du mal apprecier quand on a grandi au pieds d’illustres cathedrales. Le site comprend des budhas perches bien haut, accessibles apres avoir grimpes 1237 marches abruptes et irregulieres. Mon beau pere et moi (et Yuval en porte bebe dans le dos) entreprenons la montee. Nous croisons des singes que je photographie, et les grimpeurs qui me croisent me photographient avec Yuval (depuis qu’on est en Asie regulierement les gens photographient Avner ou Yuval  sans rien demander, ils sont blancs, mignons et souriants ce qui est rare ici), c’est tres agacant!

Apres les tigres (legendaires) c’est le temps des elephants (bien reels). Autrefois exploites pour la culture du teck, aujourd’hui les elephants ne servent qu’a satisfaire la curiosite des touristes. On monte sur l’elephant depuis une passerelle et on s’asseoit sur un banc pose sur son dos, meme sensation que de monter sur un telesiege mais sans le froid. Le cornac lui est assis sur le coup du pachyderme. On part en patrouille, la trompe en avant les oreilles au vent… Ca tangue  comme sur un dromadaire mais la hauteur de vue est tres agreable. Bonne experience surtout pour les enfants qui peuvent nourir les elephants avec des bananes, ca change du zoo ou on on doit se contenter de les voir de loin.

P1040125

Etape suivante, des sources d’eau chaude. Au milieu de la foret s’ecoule de l’eau provenant de sources thermales, l’eau qui est passee par une chambre volcanique ressort en surface a plus de 40 degres. C’est tres chaud, et dans la moiteur de la jungle, prendre un bain bouillant fait un bien fou.

Ultime etape de la journee la piscine emeraude (Emeral Pool), une source d’eau a la couleur emeraude, la couleur vient de la pierre qui se trouve au fond. C’est l’attraction aussi bien pour les touristes que pour les locaux, et la source est bondee comme une piscine municipale en periode de vacances scolaires. Plus loin, apres  un quart d’heure de marche dans la jungle on accede a la Blue Pool, beaucoup plus belle que la precedente ne serait ce que par ce qu’elle est au milieu de la jungle, la baignade y est interdite.

La journee s’acheve une fois de plus dans l’eau de la piscine. Le lendemain c’est le jour du retour.

A bientot pour de nouvelles aventures !

 

Advertisements

About josephnyu

Not much
This entry was posted in Uncategorized. Bookmark the permalink.

3 Responses to Deuxieme escapade : Krabi

  1. Ta soeur says:

    Superes vacances!! Vous y repartez quand?
    Tu savais que Krabi voulait dire “epee”? Les legendes racontent qu’une epee y etait dissimulee et que les premiers habitants de Krabi etaient ceux qui la cherchaient (une sorte de quete du Graal)!

  2. bitya says:

    Ouaw ça a l’air horrible par chez vous …
    On peut avoir la photo de papa et son cocktail dans la piscine?

  3. josephnyu says:

    C’est ton pere qui a pris la photo 😦
    Je t’envoie en PM la photo avec ta mere !

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s